ASSOCIATION RECONNUE D'INTERET GENERAL
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Liens vers le site de SolHandLiens vers le site de SolHand  
LES BULLETINS D'ADHÉSION et DE SOUTIEN sont EN LIGNE SUR LE SITE. Il suffit de les télécharger en cliquant sur le "BOUTON TÉLÉCHARGEMENTS " en direct sur le Site SOLHAND *PROCHAINE JOURNÉE NATIONALE LE 10 juin 2017* Voir le PROGRAMME en page d'accueil du SITE
SOLHAND accorde son 2 ème SPR « Soutien Projet Recherche » à l’Association "Kémil et ses amis" dans le cadre des EPILEPSIES RARES Voir COMMUNIQUE de PRESSE
SOLHAND est une Association Reconnue d'Intérêt Général. Retrouvez sur ce FORUM des informations diverses et variées sur le Handicap et le Social, mais aussi un lieu d'échanges et de partage.....

Partagez | 
 

 L'HOPITAL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: L'HOPITAL   Lun 12 Jan 2009 - 19:49

Hôpital : l’épidémie médiatique

Publié le 06/01/2009


Paris, le mardi 6 janvier 2009 – S’il est une spirale infernale qui touche aujourd’hui assurément l’hôpital public, c’est plus certainement encore que le manque de moyens ou les dysfonctionnements internes, l’épidémie médiatique. Cette flambée s’observe fréquemment de nos jours : la présentation par les chaînes de télévision et de radio d’un drame apparemment symbolique entraîne inévitablement dans les jours qui viennent la multiplication d’accidents similaires. Ainsi, si l’on peut retenir le diagnostic de dramatique coïncidence face à la mort du jeune Yliès victime d’une erreur médicale le 24 décembre et celle de Louis-Joseph qui a succombé à un surdosage le 2 janvier, on peut se demander si le syndrome d’épidémie médiatique n’est pas en cause face à plusieurs autres signalements. Au cours des quinze derniers jours ont en effet également été rapportées plusieurs affaires mettant en cause une insuffisance de prise en charge (lié à des pénuries d’effectifs et de lits) voire des défauts de soins. Ainsi, le décès d’un homme de 57 ans pour lequel n’a pu être trouvé un lit de réanimation qu’après six heures de prise en charge par le Samu a fait couler beaucoup d’encre. Oubliant la spécificité de l’état de santé de ce malade, certains considéreront peut-être qu’il fait écho au cas révélé hier. A Metz, une femme de 82 ans, souffrant de déshydratation, d’insuffisance cardiaque, rénale et respiratoire arrive en ambulance aux urgences de l’hôpital Bon-Secours samedi 3 janvier. Les secours ont été appelés par la maison de retraite où vit la vieille dame. Selon le fils de la patiente, elle aurait attendu pendant huit heures sur un brancard dans un couloir du service des urgences, avant qu’il ne soit médicalement décidé de la renvoyer dans sa maison de retraite, où elle est morte le lendemain dans l’après-midi. Le fils de la patiente assure que l’engorgement du service est à l’origine de cette situation : il indique avoir appelé le standard des urgences qui lui aurait répondu « qu’il y avait trop de demandes et qu’on ne pouvait rien faire ». En association avec l’Union des familles laïques de la Moselle, une plainte a été déposée contre X pour non assistance à personne en danger. La version de l’hôpital est pourtant totalement différente. Niant un manque de moyens ce jour là, la direction a précisé que « la patiente, envoyée aux urgences par un médecin gériatre de la maison de retraite de Metz-Queuleu a été examinée par un médecin qui a prescrit les examens biologiques et radiologiques nécessaires à sa prise en charge ». Dès réception des résultats trois heures quarante cinq après l’arrivée de la patiente, une adaptation de son traitement a été décidée et le retour dans sa maison de retraite a été organisé selon l’établissement. Du côté de la maison de retraite on exclut également un défaut de prise en charge.

Soignants et familles ne voient pas la même chose
La lumière médiatique sur le décès de cette octogénaire renvoie à une autre plainte déposée après le décès d’une femme de 85 ans à l’hôpital Salpêtrière le 26 décembre. Hospitalisée pour des troubles du sommeil le 23 décembre, la patiente est morte trois jours plus tard dans le service de réanimation pneumologique, où elle avait été admise après s’être étouffée en prenant son repas. La famille a souhaité pointer du doigt ce qu’elle considère comme des dysfonctionnements et notamment l’absence de médecin de garde, l’inaccessibilité du matériel de réanimation (rangé dans un placard fermé à clé) et l’intervention tardive, selon elle, du médecin réanimateur. Elle a également assuré que les infirmières avaient modifié sur le rapport final les horaires d’intervention. Fermé entre le 24 décembre et le 5 janvier, le service dédié aux pathologies du sommeil n’a encore que peu commenté ce dossier mais a cependant indiqué que « le réanimateur est intervenu avec son matériel, cinq minutes après l’appel des infirmières et, selon le dossier, un quart d’heure après l’incident ». Manifestement, qu’il s’agisse de l’octogénaire de Metz ou de celle hospitalisée à la Pitié-Salpêtrière, patients et médecins ont bien du mal à s’accorder sur les modalités de prise en charge des malades les plus vulnérables. Un même phénomène (encore !) a été observé à Bastia. Un couple dont la naissance du second enfant était programmé par césarienne le 29 décembre a porté plainte contre l’hôpital de Bastia auquel il reproche d’avoir pratiqué trop tardivement l’intervention lorsque la mère a été admise aux urgences le 22 décembre, soit sept jours avant la date initialement prévue. La colère de la famille est liée au décès le 29 décembre de la petite fille à l’hôpital l’Archet de Nice où elle avait dû être transférée en urgence peu après sa naissance. L’hôpital a cependant souligné : « dans la mesure où l'accouchement s'est spontanément déclenché, tous les actes de diagnostics ayant été effectués, notamment une radio du bassin qui s'est avérée tout à fait normale, un essai d'accouchement par voie base a été réalisé, conformément au protocole national en vigueur » et a précisé : « En fonction des premiers éléments connus et des explications fournies par l'équipe médicale, il apparaît que Mme P. aurait été victime d'une rupture utérine ».

Contentieux
Outre l’emballement médiatique, qui permet de supposer que des décès similaires sont peut-être, dans d’autres circonstances, laissés dans l’ignorance, ces différentes affaires mettent en évidence une multiplication des contentieux médicaux et peut-être aussi le refus de plus en plus vif des familles d’admettre la non infaillibilité du corps médical ou même l’inéluctabilité de la mort.

A.H.

_________________
L'Administrateur à votre écoute.....
Merci de voter chaque jour sur le Meilleur du WEB http://www.meilleurduweb.com/rubriques/votepour.php?ref=177470
Soutenir Solhand, un simple clic pour vos recherches : http://www.doneo.org/2_index.php?action=association&goal=dec&id_association=1553&solidarite-handicap-autour-des-maladies-rares
Revenir en haut Aller en bas
http://solhand.forums-actifs.com
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: L'HOPITAL   Lun 12 Jan 2009 - 19:54

Sécurité du patient : un nouveau service pour aider les victimes

[12 janvier 2009 - 11:55] Destination Santé

Les services du Médiateur de la République viennent de créer un Pôle Santé et Sécurité des Soins. Sa mission : recueillir les plaintes de patients victimes d’une erreur médicale ou d’événements indésirables graves liés aux soins.
Dans les faits, les patients et leurs familles bénéficient d’une plate-forme d’écoute et d’information joignable du lundi au vendredi de 9h à 20h au 0810 455 455 (prix d’un appel local). Un site internet (www.securitesoins.fr) est également disponible.

Les services du Médiateur de la République rappellent « qu’un patient sur dix entrant à l’hôpital subit un événement indésirable (infection, erreur…). Et 85% de ces évènements sont liés à des défauts ou des insuffisances d’organisation ».

Les patients devraient désormais bénéficier d’une écoute attentive. Auparavant, seules quelques structures regroupées sous l’égide de la Fédération des Associations d’Aide aux Victimes d’Accidents médicaux et à leur famille (AVIAM) remplissaient ce rôle.

Pour tout savoir, rendez-vous sur www.securitesoins.fr.
Source : Le Médiateur de la République, janvier 2009

_________________
L'Administrateur à votre écoute.....
Merci de voter chaque jour sur le Meilleur du WEB http://www.meilleurduweb.com/rubriques/votepour.php?ref=177470
Soutenir Solhand, un simple clic pour vos recherches : http://www.doneo.org/2_index.php?action=association&goal=dec&id_association=1553&solidarite-handicap-autour-des-maladies-rares
Revenir en haut Aller en bas
http://solhand.forums-actifs.com
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: L'HOPITAL   Mer 13 Mai 2009 - 17:17

Les associations de patients dénoncent le « saccage » de la loi HPST...

[12 mai 2009 - 17h27]

L’examen du projet de loi Hôpital, Patients, Santé et Territoires (HPST) a débuté ce mardi après-midi en séance au Sénat. Trois à quatre semaines de débats (houleux) sont attendues autour de ce texte, qui n’a plus le soutien du Collectif interassociatif sur la Santé (CISS). Lequel rappelons-le s’exprime au nom de 33 associations intervenant dans le champ de la santé. Explications.
« Dès le début, le CISS a pris le courageux parti d’apporter un soutien critique au projet de loi visant à réformer l’organisation du système de santé. (…) Notamment parce qu’il comportait des dispositions en faveur de l’égalité d’accès aux soins. Il n’en reste plus rien. Nous n’avons donc plus à le soutenir », expliquent aujourd’hui ses représentants.

Le CISS fait ainsi référence à plusieurs parties du texte qui ont tout bonnement disparu. C’est le cas des actions de « testing », grâce auxquelles il devenait possible de confondre tout professionnel de santé qui refuserait ses soins à tel ou tel patient, « en raison de ses mœurs, de sa situation de famille (ou) de son handicap… ». Ou pour une raison liée au fait qu’il soit titulaire de la Couverture Maladie universelle (CMU). Au delà du « testing », le CISS évoque plus généralement « la lutte contre les déserts médicaux et bien d’autres mesures en faveur de l’égalité des soins (…) qui ont disparu du texte ».

Les représentants des associations de patients parlent d’un véritable « saccage ». Ils regrettent qu’à « l’Assemblée Nationale comme au Sénat, le débat ait été accaparé par la profession médicale dans son seul intérêt. Les médecins puissamment représentés dans les deux chambres ont pesé de tout leur poids pour que la majorité parlementaire décide de ne rien changer, en ville comme à l’hôpital ».

Les principaux griefs sont repris un à un dans une lettre ouverte au ton poli mais ferme, adressée par « les citoyens-usagers de la santé aux parlementaires, censés les représenter ». Elle est signée Christian Saout, le Président du CISS. Son titre : « L’accès aux soins pour tous, ça vous intéresse ? ».

Source : CISS, 12 mai 2009

_________________
L'Administrateur à votre écoute.....
Merci de voter chaque jour sur le Meilleur du WEB http://www.meilleurduweb.com/rubriques/votepour.php?ref=177470
Soutenir Solhand, un simple clic pour vos recherches : http://www.doneo.org/2_index.php?action=association&goal=dec&id_association=1553&solidarite-handicap-autour-des-maladies-rares
Revenir en haut Aller en bas
http://solhand.forums-actifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'HOPITAL   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'HOPITAL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hopital pierre benite à LYON (71)
» Dr Galinier hopital des enfants toulouse
» Nice, Hopital Lenval, l'équipe du Dr MASCHI
» [b]Nouveau produit pour la DS en test à l'hopital Tenon[/b]
» [aide] acte de déces hopital Narbonne BILLY Mathurin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solidarité Handicap autour des maladies rares :: Espace INFORMATION :: CE QU'IL FAUT SAVOIR ....-
Sauter vers: