ASSOCIATION RECONNUE D'INTERET GENERAL
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Liens vers le site de SolHandLiens vers le site de SolHand  
LES BULLETINS D'ADHÉSION et DE SOUTIEN sont EN LIGNE SUR LE SITE. Il suffit de les télécharger en cliquant sur le "BOUTON TÉLÉCHARGEMENTS " en direct sur le Site SOLHAND *PROCHAINE JOURNÉE NATIONALE LE 10 juin 2017* Voir le PROGRAMME en page d'accueil du SITE
SOLHAND accorde son 2 ème SPR « Soutien Projet Recherche » à l’Association "Kémil et ses amis" dans le cadre des EPILEPSIES RARES Voir COMMUNIQUE de PRESSE
SOLHAND est une Association Reconnue d'Intérêt Général. Retrouvez sur ce FORUM des informations diverses et variées sur le Handicap et le Social, mais aussi un lieu d'échanges et de partage.....

Partagez | 
 

 LES MEDICAMENTS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: LES MEDICAMENTS   Dim 16 Aoû 2009 - 16:23

Le générique ? Aussi fiable et efficace que le médicament d’origine

[17 juin 2009 - 11h18] Destination Santé

Jean Marimbert, Directeur général de l’Agence française de Sécurité sanitaire des Produits de Santé (AFSSaPS) le dit et le répète : « Les génériques sont des médicaments à part entière, au même titre que les princeps. Il y a toute raison de leur accorder entière confiance, aussi bien en matière de sécurité que d’efficacité ».
Bien sûr, le patron de l’Agence du médicament s’appuie « sur des données objectives ». A ce jour, « aucune étude n’a montré de différence d’efficacité ou de sécurité entre les médicaments de référence et leurs génériques ».
Procédure d’AMM. Comme toute spécialité pharmaceutique, les génériques sont soumis à une procédure d’évaluation préalable à l’autorisation de mise sur le marché (AMM). « A ce stade, l’objectif est de démontrer la sécurité du produit et sa bioéquivalence », explique Fabienne Bartoli, adjointe au Directeur général. Autrement dit, l’AFSSaPS s’assure que la quantité de principe actif est bien la même que dans l’original. Et que son devenir dans l’organisme (absorption, distribution, élimination…) est identique.
Contrôles des sites de production. Une fois mis sur le marché, le générique est soumis aux mêmes contrôles et inspections que le produit princeps. Ainsi des contrôles sont-ils réalisés sur les sites de production, quel que soit l’endroit du monde où ils se trouvent : en Europe, en Asie du Sud-est, en Chine, en Amérique du Sud ou en Inde. « En 2008, le taux de non-conformité s’est élevé à 3% », poursuit Fabienne Bartoli. « Il correspond à celui observé pour les médicaments de référence, ce qui est rassurant ». Ces non-conformités portent le plus souvent sur des problèmes de sécabilité (capacité à couper les comprimés) ou de teneur en principe actif.
Pas de différence concernant les effets secondaires. Jean Marimbert précise enfin, que les obligations en matière de pharmacovigilance sont les mêmes que pour les médicaments de référence. Et là encore, « dans des pays comme l’Allemagne où les génériques sont encore plus présents qu’en France, le nombre d’effets secondaires n’a pas explosé » sourit-il. Logique après tout, puisque la copie est en tout point conforme à l’original.
A noter enfin que l’Agence a élaboré un dépliant spécifique intitulé Ce que vous devez savoir sur les médicaments génériques. Distribué prochainement par les médecins et les pharmaciens, vous pouvez d’ores et déjà le télécharger en cliquant ici. Et pour tout savoir sur les médicaments génériques, regardez le film avec Fred et Jamy sur www.biogaran.fr.

Source : Conférence de presse de l’Agence française de Sécurité sanitaire des Produits de Santé (AFSSaPS), 28 mai 2009

Mais aussi :
http://www.minerva-ebm.be/fr/article.asp?id=1707

_________________
L'Administrateur à votre écoute.....
Merci de voter chaque jour sur le Meilleur du WEB http://www.meilleurduweb.com/rubriques/votepour.php?ref=177470
Soutenir Solhand, un simple clic pour vos recherches : http://www.doneo.org/2_index.php?action=association&goal=dec&id_association=1553&solidarite-handicap-autour-des-maladies-rares
Revenir en haut Aller en bas
http://solhand.forums-actifs.com
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: LES MEDICAMENTS   Mer 27 Jan 2010 - 20:15


Médicaments : les grosses boîtes font les petits prix…



Les médicaments, c’est comme le sucre ou le café. Quand on achète en grandes quantités, ça coûte moins cher ! Et pour tout le monde : le patient, sa mutuelle et l’Assurance-maladie.
Près de 80% des traitements contre le diabète, l’hypertension artérielle, l’excès de cholestérol et l’ostéoporose sont disponibles en grands conditionnements, c’est-à-dire en boîtes représentant 3 mois de traitement. Leur coût est inférieur de 13% à celui des boîtes « mensuelles ». Pour ces quatre pathologies, 23,2% des traitements sont délivrés en boîtes trimestrielles, l’ostéoporose arrivant en tête avec 47% de grands formats. Une économie globale de 105 millions d’euros a ainsi été réalisée en 2009. C’est bon à savoir…

Cette économie se répartit de la manière suivante : l’Assurance-maladie (avec 58 millions d’euros) est la grande bénéficiaire. Les assurés et leurs mutuelles économisent également 22 millions d’euros sur le ticket modérateur, et les assurés seuls bénéficient d’une réduction de 25 millions au titre des franchises médicales.

Les chiffres donnent le tournis, certes. Mais il faut savoir aussi que ces quatre maladies représentent à elles seules, 16% de tous les médicaments délivrés en pharmacie en 2009.

Source : Assurance-maladie, 26 janvier 2010.

_________________
L'Administrateur à votre écoute.....
Merci de voter chaque jour sur le Meilleur du WEB http://www.meilleurduweb.com/rubriques/votepour.php?ref=177470
Soutenir Solhand, un simple clic pour vos recherches : http://www.doneo.org/2_index.php?action=association&goal=dec&id_association=1553&solidarite-handicap-autour-des-maladies-rares
Revenir en haut Aller en bas
http://solhand.forums-actifs.com
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: LES MEDICAMENTS   Dim 7 Mar 2010 - 16:08



Peut-on faire confiance au médicament ?

[7 octobre 2009 - 13h10]
Destination santé


Du 12 au 22 octobre et pour la 4ème année consécutive, ce sera la semaine de dialogue sur le médicament.

Organisée par les Entreprises du Médicament (Leem), elle vise selon son président Christian Lajoux, « à construire un débat suivi et régulier avec l’ensemble des parties prenantes de la société ». C’est-à-dire naturellement les citoyens, les patients, leurs familles, les administrations et autorités réglementaires, les élus… « Nous voulons sortir d’un débat réservé à quelques techniciens, pour avoir la capacité de parler du médicament avec la population. ».
Cette année, les industriels ont choisi d’aborder le thème de la confiance. « Les critiques, formulées plus ou moins régulièrement autour du médicament, nous amènent à ne pas fuir le débat. Nous voulons l’affronter, traiter les questions le plus simplement possible dans un langage compréhensible par tous ». Pour autant, Christian Lajoux estime que chaque acteur a sa part de responsabilité dans la sécurité des médicaments. Patients, industriels, professionnels de santé… « La démarche vis-à-vis du médicament est une démarche collective d’alliance et il est extrêmement important que les patients eux-mêmes apportent leur contribution à la sécurité et à la qualité de l’utilisation du médicament. »
L’exemple le plus typique selon lui, c’est la mauvaise gestion de l’armoire à pharmacie. D’où la volonté d’informer sur les bons réflexes à adopter. « Les médicaments sont généralement conservés dans la salle de bain. Or c’est le pire qui puisse arriver. Surtout ne pas les conserver en atmosphère humide car même dans leur boîte, ils craignent énormément l’humidité ».
Le meilleur réflexe en réalité, c’est de ne pas conserver du tout ses médicaments… Notamment lorsqu’ils ont été prescrits par le médecin. « Chaque prescription porte sur une dose donnée, pour une période donnée. Il est extrêmement important que le patient la respecte. Des boîtes à moitié utilisées sont le signe d’ un malade mal observant, qui ne prend pas bien son traitement et ne se donne pas toutes les chances de guérir ».
Si vous avez encore des médicaments prescrits à la maison, pensez à les ramener à votre pharmacien. L’Association Cyclamed se chargera ensuite de les récupérer et de les détruire. « Il ne faut surtout pas les garder, ni les mettre à la poubelle. Il est important de les ramener au pharmacien. »

Pour davantage d’informations, www.confiancemedicament.com/.

_________________
L'Administrateur à votre écoute.....
Merci de voter chaque jour sur le Meilleur du WEB http://www.meilleurduweb.com/rubriques/votepour.php?ref=177470
Soutenir Solhand, un simple clic pour vos recherches : http://www.doneo.org/2_index.php?action=association&goal=dec&id_association=1553&solidarite-handicap-autour-des-maladies-rares
Revenir en haut Aller en bas
http://solhand.forums-actifs.com
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: LES MEDICAMENTS   Dim 7 Mar 2010 - 16:13

Près de 200 médicaments moins remboursés


Haute Autorité De Santé, Ministère de la Santé, Sécurité sociale

lefigaro.fr
26/02/2010 | Mise à jour : 10:18


Le gouvernement a listé des médicaments jugés peu efficaces par la Haute autorité de santé. L'économie escomptée est de 145 millions d'euros pour la Sécurité sociale.

La liste est passé d'une centaine à près de 200. Le gouvernement a arrêté l'inventaire des médicaments dont le taux de remboursement baissera à compter du mois d'avril. La Sécurité sociale ne prendra plus en charge que 15% du prix de ces produits, au lieu de 35%.
Peu efficaces
Annoncée à l'automne dernier, cette décision s'appuie sur l'avis de la Haute autorité de santé. La HAS s'est en effet prononcée sur l'efficacité des remèdes concernés, jugeant faible leur intérêt thérapeutique. La liste des 200 médicaments est publiée ce vendredi dans Les Echos. Il s'agit notamment du Tanakan qui agit sur les troubles de la mémoire des personnes âgées, de l'antiseptique Hexomédine, ou encore de la crème contre l'herpès Zovirax. La liste a été transmise aux laboratoires pharmaceutiques qui ont un mois pour contester la décision de baisse des remboursements.
145 millions d'économies
De son côté la Mutualité française a d'ores et déjà affirmé son désaccord quant à la poursuite de la prise en charge, même à 15% seulement, de ces produits reconnus comme inefficaces. Elle a appelé ses membres - soit 823 complémentaires santés dans l'Hexagone - à ne plus assumer le remboursement du reliquat (85%). Les décisions définitives, médicament par médicament, paraîtront au «Journal officiel» à partir du mois d'avril. L'économie attendue est de 145 millions d'euros pour la Sécurité sociale.

LIRE AUSSI :

» Médicaments: baisse des remboursements en mai
http://www.lefigaro.fr/conso/2010/01/07/05007-20100107ARTFIG00646-medicaments-baisse-des-remboursements-en-mai-.php
» 110 médicaments moins remboursés ?
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/10/24/01011-20091024FILWWW00590-110-medicaments-moins-rembourses-.php

_________________
L'Administrateur à votre écoute.....
Merci de voter chaque jour sur le Meilleur du WEB http://www.meilleurduweb.com/rubriques/votepour.php?ref=177470
Soutenir Solhand, un simple clic pour vos recherches : http://www.doneo.org/2_index.php?action=association&goal=dec&id_association=1553&solidarite-handicap-autour-des-maladies-rares
Revenir en haut Aller en bas
http://solhand.forums-actifs.com
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: LES MEDICAMENTS   Mer 19 Jan 2011 - 14:52

Ces 59 médicaments sont sous surveillance en France



Marc Payet et Alexandra Echkenazi Le Parisien du 18 janvier 2011


Xavier Bertrand, ministre de la Santé, annonçait sans les nommer que 76 médicaments en France étaient particuièrement surveillés. D’ores et déjà , nous sommes en mesure de publier la liste de 59 de ces molécules à risque, surveillées de près par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé.

Ils font l’objet d’une procédure spéciale de suivi des effets indésirables appelée «plan de gestion des risques». Les laboratoires qui les fabriquent doivent surveiller tout particulièrement les effets secondaires et les risques de ces produits, et les signaler aux autorités sanitaires. Le responsable de la revue Prescrire, Bruno Toussaint, nous déclare que «cette liste démontre que le Médiator n’est pas un cas isolé. Dans ces 59 médicaments placés sous surveillance par les autorités, certains devraient être retirés du marché, comme l’Arcoxia ou le Champix. D’autres ont une utilité, mais on ne sait pas si la surveillance des risques est efficace...». Le responsable de la revue médicale indépendante qui a alerté très tôt sur les dangers du Médiator précise « Pour l’instant, ce sont les laboratoires qui font les suivis d’effets secondaires, et les transmettent à l’Agence. Il faudrait mieux que ce soit fait par des experts indépendants».

Lire aussi l'article dans l'édition du Parisien de mercredi

Les 59 médicaments sous surveillance sont les suivants:

ABSTRAL (laboratoire Prostrakan). Il s’agit d’un anti-douleur morphinique. Effet indésirable possible : dépression respiratoire.

ACLASTA 5 mg (laboratoire Novartis). C’est un traitement de l’ostéoporose. Effet indésirable : insuffisances rénales.

ACOMPLIA. (Sanofi-Aventis) Ce produit de traitement de l’obésité ou des patients en surpoids a fait l’objet d’un retrait du marché le 23 octobre 2008, mais les autorités surveillent toujours les effets indésirables sur les patientes : il peut entraîner des dépressions, des vertiges et des troubles du sommeil.

ALLI 60mg (GSK). Ce médicament est indiqué dans le traitement du surpoids. Il est sous surveillance car il peut entraîner des troubles de l’anxiété.

ANTASOL (laboratoire Sol France). Ce traitement anti-douleur utilisé à l’hôpital est un mélange d’oxygène et de protoxyde d’azote. Il peut entraîner une modification des perceptions sensorielles et une angoisse.

ARCOXIA (MSD Chibret). Il s’agit d’un anti inflammatoire non stéroïdien utilisé dans le traitement de l’arthrose. Effet secondaire : Il peut augmenter le risque d’accident vasculaire cérébraux, et d’infarctus du myocarde.

BYETTA (Lilly). Ce médicament est un anti-diabétique. Il entraîne des troubles gastro-intestinaux, des nausées, et des vomissements. Une étude montre qu’il augmente le risque d’insuffisance rénale aigüe.

CELSENTRI (Pfizer). Il s’agit d’un médicament de la famille des antirétroviraux contre le VIH. Les effets secondaires sont les risques d’atteintes du foie, les troubles cardiaques et musculaires.

CERVARIX (GSK). C’st un vaccin contre le col de l’utérus en prévention des cancers du col. Effets secondaires possibles : céphalées, et douleurs musculaires, rougeur et gonflement.

CHAMPIX (Pfizer). Ce médicament d’aide à l’arrêt du tabac agit sur les récepteurs nicotiniques du cerveau. Il a des effets secondaires. Notamment la dépression, l’irritabilité, les céphalées.

CHLORHYDRATE DE BUPRENORPHINE (Merck). Il s’agit d’un traitement substitutif des drogues opiacées. Il peut entraîner des atteintes hépatiques, et des cas de dépression respiratoire.

CIMZIA (UCB Pharma) : Il s’agit d’une prise en charge de la polyarthrite rhumatoide. Des effets secondaires ont été identifiés, notamment des tuberculoses et des zonas.

CYMBALTA (Lilly). Ce médicament est un antédépresseur. Ses effets secondaires sont des atteintes graves du foie. L’Afssaps indique que «le risque de suicides pourrait être augmenté».

EFFENTORA (Céphalon). Ce médicament est un anti-douleur. Il peut provoquer une accoutumance. Le surdosage peut être mortel.

EFIENT 10 mg (Lilly). Ce médicament est indiqué pour la prévention des maladies cardio-vasculaires. Les effets secondaires identifiés sont le risque hémorragique et l’anémie.

ELLAONE (HRA Pharma). Il s’agit d’un contraceptif d’urgence à prendre dans les cinq jours après un rapport sexuel non protégé. Les risques identifiés sont l’augmentation de la pression artérielle, les grossesses extra-utérines et les atteintes du foie.

ENTONOX (Linde Healthcare). Ce traitement utilisé à l’hôpital est un mélange d’oxygène et de protoxyde d’azote. Il peut entraîner une modification des perceptions sensorielles et une angoisse.

EXJADE (Novartis). Ce médicament est indiqué contre la surcharge en fer. Il peut provoquer des troubles au foie et aux intestins.

FIRMAGON (Ferring). Il s’agit d’un traitement hormonal pour le cancer de la prostate. Il peut entraîner des pathologies cardio-vasculaires et une diminution de la densité minérale osseuse.

GALVUS (Novartis). Il s’agit d’un anti-diabétique. Il peut provoquer des atteintes du foie, et des troubles du système nerveux.

GARDASIL (Sanofi-Pasteur MSD). Il s’agit du vaccin contre le papillomavirus, pour éviter les cancers du col de l’utérus. Il peut entrainer des réactions cutanées au point d’injection et de la fièvre. Il n’est pas recommandé pour la femme enceinte.

ILARIS (Novartis). Ce médicament est un anticorps, pour lutter contre certaines infections. Il peut entraîner des vertiges et une hypercholestérolémie.

INCRELEX (Ipsen). Ce médicament est indiqué dans le traitement à long terme des retards de croissance chez l’enfant. Des hypoglycémies et des hypertrophies des amygdales ont été signalées.

INSTANYL ( Nycomed). Il s’agit d’un anti-douleur morphinique. Il peut provoquer des dépressions respiratoires, des vomissements, et des vertiges.

INTELENCE (Janssen-Cilag). Il s’agit d’un médicament de la famille des antirétroviraux. Les risques identifiés sont l’éruption cutanée, parfois sous forme très importantes, et les nausées.

INTRINSA (Procter&Gamble Pharmaceuticals), patch indiqué dans la baisse du désir sexuel chez les femmes souffrant de ménopause chirurgicale. Effets indésirables : réactions locales au site d’application (30 % des patients), acné, hirsutisme et raucité de la voix (pour 1% des patients). Risques potentiels : survenue du cancer du sein et d’évènements cardiovasculaires.

ISENTRESS (Merck, Sharp & Dohme LTD), indiqué dans le traitement de l’infection par VIH. Effets indésirables : diarrhées, nausées et fièvre. Risque potentiel : développement de résistances et échec virologique.

JANUVIA, 100 mg comprimé pelliculé (Merck, Sharp & Dohme LTD), indiqué chez les patients diabétiques de type 2 pour le contrôle de la glycémie. Effets indésirables : troubles digestifs, infections des voies respiratoires, réactions cutanées, réactions d’hypersensibilité.

KALINOX (Air Liquide Santé France), réservé aux professionnels, indiqué comme anti-douleur chez le dentiste ou aux urgences. Effets indésirables : modification des perceptions sensorielles, nausées, angoisse, euphorie.

KUVAN (Merck Serono), indiqué dans deux maladies métaboliques rares. Effets indésirables : troubles gastro-intestinaux. Risque potentiel : atteinte des reins.

LUCENTIS (Novartis Europharm LTD), indiqué dans la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Effets indésirables : décollements de la rétine, déchirures rétitiennes, cataractes traumatiques (survenus dans moins de 0,1% des injections intravitréennes) ; inflammations intraoculaire (moins de 1% des cas). Risque potentiel : réaction allergique grave.

METHADONE AP-HP gélule (Bouchara-Recordati), indiqué dans le traitement de substitution des drogues. Effets indésirables : hypersudation, nausées, constipation, dépression respiratoire, hypotension sévère, arrêt respiratoire, choc et arrêt cardiaque.

MULTAQ (Sanofi-Aventis), indiqué dans certains troubles cardiaques. Effets indésirables : diarrhées, nausées, vomissements et asthénie.

MYCAMINE (Astellas Pharma), indiqué contre les mycoses. Effets indésirables : nausées et vomissements. Risque potentiel : développement de tumeurs du foie.

NPLATE (Amgen), indiqué pour augmenter la production de plaquettes. Effets indésirables : maux de tête. Risques potentiels : problèmes cardio-vasculaires.

ONGLYZA (Bristol-Myers Squibb/AstraZeneca), indiqué dans le diabète de type 2. Effets indésirables : infections respiratoires, vomissements, maux de tête.

ORENCIA (Bristol-Myers Squibb), indiqué dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde. Effets indésirables : infections respiratoires et urinaires, réactions allergiques, nausées, maux de tête.

OXYNOX (Air Products SAS), réservé aux professionnels, indiqué comme anti-douleur chez le dentiste ou aux urgences. Effets indésirables : modification des perceptions sensorielles, nausées, angoisse, euphorie.

PRADAXA (Boehringer-Ingelheim), indiqué chez les patients ayant une prothèse totale de hanche ou de genou. Effets indésirables : nausées, vomissements, constipations, thromboses veineuses profondes, insomies. Risques : hémorragie, atteinte du foi.

PREVENAR 13 (Pfizer), vaccin contre les infections à pneumocoque (méningites, pneumonies...) pour les enfants. Effets indésirables : réactions au site d’injection, fièvre, irritabilité, perte d’appétit et troubles du sommeil.

PROCORALAN (Servier), indiqué dans certains troubles du rythme cardiaque. Effets indésirables : ralentissement du rythme cardiaque et vision trouble.

RELISTOR (Wyeth Pharmaceuticals France), indiqué pour les patients en soins palliatifs. Effets indésirables : douleurs abdominales, nausées, diarrhées.

REVLIMID (Celgen Europe Limited), indiqué contre le myélome multiple, cancer de la moelle osseuse. Effets indésirables : troubles du sang, gastro-intestinaux, éruptions cutanées. Risques potentiels : embolies.

REVOLADE (GlaxoSmithKline), indiqué pour certaines personnes ayant subi une ablation de la rate. Effets indésirables : maux de tête, nausées. Risques : atteintes du foie, thromboses veineuses, embolies pulmonaires, infarctus.

ROACTEMRA (Roche), contre la polyarthrite rhumatoïde. Effets indésirables : rhinopharyngites, maux de tête. Risques : infections graves comme pneumonie ou zona, perforations gastro-intestinales.

STELARA (Janssen-Cilag), contre le psoriasis. Risques : réactions cutanées, allergies, infections.

SYMBICORT (AstraZeneca), contre l’asthme. Effets indésirables : palpitations, tremblements, irritations de la gorge, toux, raucité de la voix.

THALIDOMIDE (Celgene), retiré du marché mondial en 1962, il est actuellement réutilisé pour ses propriétés antitumorales. Les effets indésirables : malformations congénitales en cas de grossesse ; tromboses veineuses ; embolies pulmonaires.

THELIN (Encysive Limited), pour les patients souffrant d’hypertension artérielle pulmonaire dans le but d’améliorer leur capacité à l’exercice physique. Effets indésirables : infections des voix respiratoires, troubles de la coagulation. Risques : oedème pulmonaire.

TOCTINO (Basilea Pharma), contre l’eczéma chronique sévère des mains. Risque élevé de malformation congénitale en cas de grossesse. Autres risques : troubles psychiatriques ou encore oculaires.

TRACLEER (Actelion), indiqué contre l’hypertension artérielle pulmonaire et aussi contre les ulcères digitaux. Risques associés : toxicité hépatique.

TYSABRI (Biogen Idec France), réservé à l’usage hospitalier et indiqué dans la sclérose en plaques. Risques : graves troubles au foie et des complications neurologiques.

TYVERB (GSK), indiqué contre le cancer du sein. Effets indésirables : troubles digestifs et cutanés ; atteintes du foie ; toxicité pulmonaire.


VALDOXAN (Servier). Il s’agit d’un anti-dépresseur. Il peut provoquer des nausées et des vertiges. Des problèmes au foie ont aussi été identifiés.

VIMPAT (UCB Pharma). C’est un anti-épileptique. Il peut entrainer des céphalées, des nausées. Des risques de suicide sont signalés.

VOLIBRIS (GSK). Ce médicament est utilisé dans le traitement de l’hypertension arterielle pulmonaire. Il a été notifié des oedèmes, des affections des voies respiratoires supérieures et des palpitations.

XARELTO (Bayer). Il s’agit d’un médicament de prise en charge des troubles cardio-vasculaires. Il peut provoquer des risques de saignements, des complications hémorragiques, et des ulcères gastro-intestinaux.

XYREM (UCB Pharma) C’est un traitement de la maladie du sommeil, dite narcolepsie. Les risques liés au produit font apparaître des dépressions respiratoires, des troubles neuro-psychiatrique, des idées suicidaires et des tentatives de suicide.

ZYPADHERA (Lilly) Il s’agit d’un anti-psychotique délivré aux patients adultes schizophrènes. Dans certains cas, des effets secondaires du type agressivité, vertiges, hypertension, convulsion, et même quelques cas de coma ont été rapportés.

_________________
L'Administrateur à votre écoute.....
Merci de voter chaque jour sur le Meilleur du WEB http://www.meilleurduweb.com/rubriques/votepour.php?ref=177470
Soutenir Solhand, un simple clic pour vos recherches : http://www.doneo.org/2_index.php?action=association&goal=dec&id_association=1553&solidarite-handicap-autour-des-maladies-rares
Revenir en haut Aller en bas
http://solhand.forums-actifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES MEDICAMENTS   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES MEDICAMENTS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» medicaments contre la montée de lait
» LES MEDICAMENTS
» DONNE MEDICAMENTS POUR FIV
» gélatine alcool dans les medicaments et nourritures Halal ou Haram
» la classification des medicaments !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solidarité Handicap autour des maladies rares :: Espace INFORMATION :: CE QU'IL FAUT SAVOIR ....-
Sauter vers: