ASSOCIATION RECONNUE D'INTERET GENERAL
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Liens vers le site de SolHandLiens vers le site de SolHand  
LES BULLETINS D'ADHÉSION et DE SOUTIEN sont EN LIGNE SUR LE SITE. Il suffit de les télécharger en cliquant sur le "BOUTON TÉLÉCHARGEMENTS " en direct sur le Site SOLHAND *PROCHAINE JOURNÉE NATIONALE LE 10 juin 2017* Voir le PROGRAMME en page d'accueil du SITE
SOLHAND accorde son 2 ème SPR « Soutien Projet Recherche » à l’Association "Kémil et ses amis" dans le cadre des EPILEPSIES RARES Voir COMMUNIQUE de PRESSE
SOLHAND est une Association Reconnue d'Intérêt Général. Retrouvez sur ce FORUM des informations diverses et variées sur le Handicap et le Social, mais aussi un lieu d'échanges et de partage.....

Partagez | 
 

 DU COTE DES EXAMENS MEDICAUX

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: DU COTE DES EXAMENS MEDICAUX   Mer 23 Fév 2011 - 17:41

Qu’est-ce qu’une ostéodensitométrie ?


L’ostéodensitométrie est un examen radiologique qui mesure de la densité minérale osseuse (DMO). Il permet au praticien d’apprécier la solidité du système osseux. Cet examen pourra également le renseigner sur le risque de fracture liée à l’ostéoporose.

Quelles sont les indications ?
Une ostéodensitométrie est indiquée aux patients qui présentent des signes évocateurs d’ostéoporose et plus précisément dans les conditions suivantes :
en cas de découverte ou de confirmation radiologique d’une fracture vertébrale, en l’absence de facteurs traumatiques (chute…) ;
en présence d’antécédents de fracture survenue sans traumatisme, c’est à-dire à l’occasion d’un choc mineur ou d’une simple chute de sa hauteur ;
en cas de ménopause précoce (avant 40 ans) ;
en cas d’antécédents parentaux de fracture du col du fémur ;
en présence de maladies ou d’antécédents de maladies inductrices d’ostéoporose (anorexie, hyperthyroïdie…)
en cas de prise ou d’antécédents de prise de traitements susceptibles d’induire une ostéoporose (corticothérapie au long cours, par exemple…).

A noter également, que dans certaines conditions également, l’ostéodensimétrie est prise en charge par l’Assurance-maladie.

Comment se déroule une ostéodensitométrie ?
L’examen est généralement réalisé en position allongée, sur un ostéodensitomètre. Il utilise les rayons X de faible intensité et répond à un principe physique de base. Il s’agit de faire traverser un faisceau énergétique à un corps solide – un os en l’occurrence – et de mesurer la quantité d’énergie qui en ressort. Au final, plus l’os en absorbe, plus sa densité est élevée, donc plus le squelette est solide. Les mesures s’effectuent généralement au niveau du rachis lombaire ou de la hanche (col du fémur). Le résultat obtenu est appelé le T score.

Des risques ?
L’ostéodensitométrie est un examen indolore. L’unique risque pourrait résider dans l’irradiation, laquelle est très faible. Elle représente un dixième de la dose délivrée au cours d’une radiographie des poumons. A noter toutefois que cet examen est contre-indiqué aux femmes enceintes, aux patients ayant subi durant les 3 jours précédents, une scintigraphie osseuse ou un examen du tube digestif ayant nécessité la prise d’un produit de contraste.

Source : http://www.rhumatologie.asso.fr/, site de la Société française de Rhumatologie, consulté le 5 janvier 2011 – Assurance-maladie



_________________
L'Administrateur à votre écoute.....
Merci de voter chaque jour sur le Meilleur du WEB http://www.meilleurduweb.com/rubriques/votepour.php?ref=177470
Soutenir Solhand, un simple clic pour vos recherches : http://www.doneo.org/2_index.php?action=association&goal=dec&id_association=1553&solidarite-handicap-autour-des-maladies-rares
Revenir en haut Aller en bas
http://solhand.forums-actifs.com
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: DU COTE DES EXAMENS MEDICAUX   Mer 23 Fév 2011 - 17:48

Qu’est ce qu’une IRM ?



Votre généraliste vous a prescrit une IRM ? Il s’agit d’une Imagerie par Résonnance Magnétique, un examen aujourd’hui courant. Réalisé sous la direction d’un médecin radiologue, son objectif est d’observer avec précision les organes et les tissus mous. Et donc de déterminer la position exacte d’éventuelles lésions.

Quelles sont les indications ?
Dans la mesure où l’IRM permet une analyse très fine de la structure des tissus, ses champs d’application sont larges. C’est ainsi que cet examen est particulièrement utilisé dans l’exploration des pathologies cérébrales, rachidiennes, osseuses, articulaires, digestives, gynécologiques, vasculaires et cardiaques.

Comment se déroule une IRM ?
L’appareil comporte un aimant de grande puissance, d’où le terme magnétique. La technique consiste à faire vibrer les noyaux d’hydrogène qui composent les tissus de l’organisme. Ces noyaux renferment en effet des protons qui vont agir comme autant de petits aimants. En vibrant, ils émettent des signaux qui vont être captés par une antenne puis être transformés en images.

Dans la salle d’examen, le patient est allongé sur un lit. L’antenne est alors disposée sur la zone à examiner, puis le lit glisse doucement dans le tunnel de l’appareil. L’examen dure généralement, de 15 à 20 minutes.

Des risques ?
Bien que l’équipement utilisé soit bruyant, l’IRM n’est pas un examen douloureux. Le patient doit s’être préalablement dépouillé de tout objet (montre, bracelet, collier, carte de crédit…) métallique avant l’examen. Le cas échéant, il doit également signaler le port d’une valve ou d’une pile cardiaque, d’une prothèse ou d’implants. Tous ces éléments sont en effet susceptibles de perturber le déroulement de l’examen.

A noter enfin, qu’un produit de contraste peut également être injecté. Généralement bien toléré, il peut toutefois être à l’origine de manifestations allergiques sans gravité (urticaire). Les réactions plus graves sont exceptionnelles, et peuvent généralement être anticipées lors de la consultation préalable à l’examen.

Source : Société française de Radiologie, site consulté le 7 janvier 2011



_________________
L'Administrateur à votre écoute.....
Merci de voter chaque jour sur le Meilleur du WEB http://www.meilleurduweb.com/rubriques/votepour.php?ref=177470
Soutenir Solhand, un simple clic pour vos recherches : http://www.doneo.org/2_index.php?action=association&goal=dec&id_association=1553&solidarite-handicap-autour-des-maladies-rares
Revenir en haut Aller en bas
http://solhand.forums-actifs.com
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: DU COTE DES EXAMENS MEDICAUX   Mer 23 Fév 2011 - 17:55

Qu’est ce qu’une angiographie ?



Visualiser l’intérieur de nos vaisseaux ! C’est ce que permet l’angiographie ou angéiographie. Réalisé par un radiologue, cet examen médical est précisément appelé artériographie, lorsqu’il concerne une artère. Et phlébographie, quand le médecin explore une veine. Découverte.
Quelles sont les indications ?

Ce type d’examen est notamment indiqué en cas de suspicion d’une maladie vasculaire, d’une malformation artérielle ou veineuse. Il permet aussi de mettre en évidence un rétrécissement ou une occlusion d’une artère ou d’une veine.

Comment se déroule une angiographie ?
L’angiographie est réalisée sous anesthésie locale ou générale, selon les cas. Elle débute par une ponction au niveau d’une artère. Il s’agit généralement de la carotide (dans le cou), de l’artère humérale (au niveau du coude) ou fémorale (à l’aine) selon que la zone à investiguer se situe au niveau du cerveau, du cœur, de l’œil, du poumon… Le médecin introduit un cathéter, autrement dit un tube flexible dont il va suivre la progression sur un écran de contrôle. Cet instrument va servir à injecter un produit de contraste iodé qui va colorer les vaisseaux. Une fois l’examen terminé et les clichés radiologiques effectués, le cathéter est retiré et le point de ponction comprimé pendant quelques minutes.

Des risques ?
Outre des réactions locales au point de ponction (formation d’un hématome par exemple), le risque principal est lié à une réaction d’intolérance au produit iodé. C’est pourquoi les patients allergiques doivent informer le médecin de leurs antécédents éventuels. Quant au risque thrombo-embolique lié au cheminement du cathéter, il est très rare et serait inférieur à 1 %.

Source : Société française de radiologie

_________________
L'Administrateur à votre écoute.....
Merci de voter chaque jour sur le Meilleur du WEB http://www.meilleurduweb.com/rubriques/votepour.php?ref=177470
Soutenir Solhand, un simple clic pour vos recherches : http://www.doneo.org/2_index.php?action=association&goal=dec&id_association=1553&solidarite-handicap-autour-des-maladies-rares
Revenir en haut Aller en bas
http://solhand.forums-actifs.com
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: DU COTE DES EXAMENS MEDICAUX   Lun 28 Fév 2011 - 20:02

Qu’est ce qu’une coelioscopie ?


Une cœlioscopie est une technique chirurgicale mini-invasive qui vise à observer l’intérieur de l’abdomen. Lorsqu’il est effectué dans un but diagnostique, l’examen permet de rechercher une anomalie indécelable par d’autres moyens.
Quelles sont les indications

La coelioscopie opératoire pour sa part, permet de mener à bien un geste chirurgical sans ouvrir l’abdomen. Cette technique peu invasive est notamment utilisée en cas de grossesse extra-utérine, de kyste ovarien, d’endométriose ou d’adhérences. Les progrès de la coelioscopie opératoire permettent désormais d’envisager des gestes plus complexes comme l’ablation de l’utérus (hystérectomie) ou d’un rein (néphrectomie) par exemple.

Comment se déroule une coelioscopie
L’opération est toujours menée sous anesthésie générale. Elle débute par une incision au niveau du nombril, par laquelle est introduite une minuscule caméra. Le but est d’examiner l’intérieur de l’abdomen, et plus particulièrement les organes génitaux : utérus, ovaires ou trompes de Fallope. Grâce à son diamètre de seulement quelques millimètres, cet appareil autorise des interventions mini-invasives. Dans le cas d’une opération chirurgicale, des incisions supplémentaires entre 5 mm et 12 mm sont réalisées au niveau de l’abdomen. Elles permettent d’insérer les instruments nécessaires à ces opérations, dont certaines sont de plus en plus complexes.

Des risques ?
Lors de l’examen, des plaies graves des organes internes de l’abdomen– mais c’est très exceptionnel - peuvent se produire, nécessitant une intervention chirurgicale et/ou une transfusion sanguine. Dans les suites de la coelioscopie, un hématome ou un abcès peuvent également se former autour de la cicatrice. La survenue d’une phlébite ou d’une embolie pulmonaire reste exceptionnelle.

Source : Collège national des Gynécologues et Obstétriciens français, 2010

_________________
L'Administrateur à votre écoute.....
Merci de voter chaque jour sur le Meilleur du WEB http://www.meilleurduweb.com/rubriques/votepour.php?ref=177470
Soutenir Solhand, un simple clic pour vos recherches : http://www.doneo.org/2_index.php?action=association&goal=dec&id_association=1553&solidarite-handicap-autour-des-maladies-rares
Revenir en haut Aller en bas
http://solhand.forums-actifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DU COTE DES EXAMENS MEDICAUX   

Revenir en haut Aller en bas
 
DU COTE DES EXAMENS MEDICAUX
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PEUR DES EXAMENS MEDICAUX
» Horaire examens septembre 2010
» Examens et impressions
» Révisions: qu'avez-vous fait pour les examens aujourd'hui?
» BONY (François) - Général de brigade - Dijon (COTE D'OR)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solidarité Handicap autour des maladies rares :: Espace des PROFESSIONNELS de SANTE-
Sauter vers: