ASSOCIATION RECONNUE D'INTERET GENERAL
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Liens vers le site de SolHandLiens vers le site de SolHand  
LES BULLETINS D'ADHÉSION et DE SOUTIEN sont EN LIGNE SUR LE SITE. Il suffit de les télécharger en cliquant sur le "BOUTON TÉLÉCHARGEMENTS " en direct sur le Site SOLHAND *PROCHAINE JOURNÉE NATIONALE LE 27 juin 2015* Voir le PROGRAMME en page d'accueil du SITE
SOLHAND accorde son 1er SPR « Soutien Projet Recherche » à l’Association « Le Cœur au Pied » pour les personnes atteintes de Pachyonychie congénitale. Voir COMMUNIQUE de PRESSE
SOLHAND est une Association Reconnue d'Intérêt Général. Retrouvez sur ce FORUM des informations diverses et variées sur le Handicap et le Social, mais aussi un lieu d'échanges et de partage.....

Partagez | 
 

 VOS REMBOURSEMENTS.....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin



MessageSujet: VOS REMBOURSEMENTS.....   Ven 14 Mar 2008 - 17:53

Quels remboursements pour vos lunettes ?

La somme déboursée pour des lunettes est loin d'être couverte par la Sécurité sociale et la prise en charge de la complémentaire santé varie grandement d'un contrat à l'autre.
Ce que vous allez payer de votre poche.

Catherine Janat - Mars 2008


• Chez l'ophtalmologue ou l'opticien

Seule une prescription d'un ophtalmologue vous permettait jusqu'à récemment de vous faire faire des lunettes et d'obtenir un remboursement de la Sécurité sociale et de la mutuelle.
Depuis le printemps 2007, vous pouvez vous adresser directement à votre opticien, pour changer vos verres correcteurs, à condition de détenir une prescription établie à compter du 15 avril 2007, datant de moins de 3 ans et qui ne mentionne pas une opposition de l'ophtalmologue.
L'opticien devra informer ce dernier de l'évolution de votre correction.
Mais, s'il constate l'apparition d'une presbytie jusqu'alors méconnue, il ne pourra pas corriger lui-même votre vision.


• Lunettes ou lentilles

Le taux de remboursement de la monture de 65 % s'applique sur un tarif forfaitaire de 2,84 € : vous recevrez donc 1,85 € de la Sécurité sociale.
Les verres sont également remboursés à hauteur de 65 % sur la base de tarifs qui varient selon le degré de correction.
Mais il est dans tous les cas bien loin du montant de la facture de l'opticien.
Le tarif de calcul du remboursement d'un verre progressif oscille, par exemple, entre 7,32 € et 24,54 €.
Ce qui reste à votre charge dépend donc, pour l'essentiel, de votre mutuelle.
La Sécurité sociale ne couvre les frais d'achat de lentilles de contact que pour certaines affections seulement (notamment stigmatie irrégulière, myopie égale ou supérieure à 8 dioptries) et à hauteur de 65 % d'un forfait égal à 39,48 € pour chaque oeil.
Revenir en haut Aller en bas
http://solhand.forums-actifs.com
Admin
Admin



MessageSujet: Re: VOS REMBOURSEMENTS.....   Ven 14 Mar 2008 - 18:04

Frais de santé : quand vous consultez un médecin

Les remboursements de la Sécurité sociale ne cessent d'être grignotés par des participations forfaitaires et, depuis janvier, par des franchises médicales. Le point sur ce que vous allez payer de votre poche.

Catherine Janat - Mars 2008

• Le parcours de soins

Pour obtenir le remboursement optimal de vos dépenses, il faut suivre le "parcours desoins", c'est-à-dire : choisir un médecin traitant (sauf pour les moins de 16 ans), le déclarer à votre caisse et s'adresser à lui en premier lieu avant de consulter un spécialiste ou un généraliste.
Si vous avez besoin d'être suivi régulièrement par un spécialiste, un plan de soins fixant le rythme des visites sera établi par celui-ci et votre médecin traitant.
Vous ne serez pas pénalisé financièrement si, en l'absence de votre médecin traitant, vous consultez son remplaçant.
Il en sera de même si, loin de votre lieu de résidence habituelle (vacances, voyage, déplacement) ou en cas d'urgence, vous vous adressez à un autre praticien.
Sans passer par votre médecin traitant, il vous est possible d'accéder directement à un gynécologue (notamment pour les actes de dépistage, comme le frottis), un ophtalmologue (pour la prescription ou le renouvellement des verres et le dépistage du glaucome) ou un psychiatre (pour les moins de 26 ans).

• Opter pour des praticiens conventionnés

Pour qu'au final ce qui reste à votre charge soit le plus réduit possible, dans le cadre du parcours de soins ou pour les spécialistes en accès direct, mieux vaut opter pour des praticiens conventionnés du secteur 1.
Comme ils respectent strictement les tarifs de la Sécurité sociale (sauf exigence particulière du malade, comme visite en dehors des heures ouvrables du cabinet), les remboursements de votre caisse et de votre complémentaire santé (même si vous avez un contrat basique) couvriront la totalité de la dépense, sauf 1 € de participation forfaitaire.
Un médecin conventionné de secteur 2 pourra, quant à lui, vous facturer un dépassement d'honoraires non pris en charge par la Sécurité sociale mais en tout ou partie couvert par votre mutuelle.

• Plutôt une consultation qu'une visite

Dans tous les cas, il vous restera toujours à acquitter la participation forfaitaire de 1 €.
Préférez, autant que possible, la consultation au cabinet du médecin à la visite à domicile (dans les faits, seuls les généralistes se déplacent).
Car, si celle-ci n'est pas médicalement justifiée, la majoration de déplacement de 10 € facturée par le médecin ne sera pas prise en charge par la Sécurité sociale.
Une visite à domicile est considérée comme justifiée si vous êtes dans un état de santé particulier (une maladie grave très contagieuse, par exemple) ou avez des difficultés à vous déplacer en raison notamment de votre âge ou d'un handicap important.
Zoom sur le forfait de 1 €
Le forfait de 1 € est retenu sur le montant du remboursement de la Sécurité sociale pour chacun des actes médicaux suivant : consultation ou examen effectué par un médecin, examen radiologique, analyse de laboratoire.
À ce titre, vous ne pouvez acquitter plus de 50 € par an ni 4 € par jour lorsqu'un même professionnel de santé réalise plusieurs examens dans la même journée.
En revanche, plusieurs actes ou consultations réalisés par des médecins différents au cours de la même journée donnent lieu à chaque fois au paiement de la participation de 1 €.
Elle n'est pas due par les jeunes de moins de 18 ans, les femmes enceintes à partir du 6e mois de grossesse et les bénéficiaires de la CMU complémentaire.
Il en est de même lors d'une intervention chirurgicale, d'une hospitalisation, du dépistage du cancer du sein organisé par la Sécurité sociale pour les femmes de 50 à 74 ans.


• La liberté au prix fort

Si vous ne suivez pas le parcours de soins, une part plus importante de vos dépenses reste à votre charge : la Sécurité sociale rembourse moins bien et cette perte ne peut être couverte par votre complémentaire santé dans le cadre des contrats responsables.
Il en est ainsi à chaque fois que vous consultez un praticien si vous n'avez pas choisi de médecin traitant ou que, bien que vous en ayez désigné un, vous vous adressez en direct à l'un de ses confrères sans passer par son intermédiaire (sauf spécialistes en accès direct : ophtalmologues et gynécologues).


• Le contrat responsable

Plus de 9 Français sur 10 sont couverts par une complémentaire santé.
En tant qu'acteurs du système de santé, les sociétés d'assurance et les mutuelles sont incitées, par le biais d'avantages fiscaux et sociaux, à promouvoir le parcours de soins et à proposer des "contrats responsables".
Les assureurs s'engagent alors à ne prendre en charge ni la participation forfaitaire de 1 €, ni les nouvelles franchises médicales, et à ne pas compenser le déremboursement que la Sécurité sociale réserve aux patients hors parcours de soins.

• Participation forfaitaire de 18 € pour les actes lourds

Pour tout acte médical remboursé sur la base d'un tarif supérieur à 91 €, vous devez acquitter un forfait de 18 €, qui peut toutefois être pris en charge par la mutuelle.
Si, au cours d'une consultation, plusieurs de ces actes lourds sont réalisés par un même médecin, le forfait n'est dû qu'une seule fois.
Lorsque plusieurs actes d'un montant moindre dépassent le seuil de 91 € si on les cumule, le forfait est dû.
En revanche, vous n'en êtes pas redevable notamment pour des actes de radiodiagnostic, d'imagerie par résonance magnétique, de scanographie, de scintigraphie, des frais de transport d'urgence.
Il n'a pas non plus à être payé par les patients atteints d'une affection de longue durée, ceux percevant une rente d'accident du travail ou de maladie professionnelle ou une pension d'invalidité.


• Infirmiers, kiné… Nouvelles franchises

Les actes des auxiliaires médicaux (infirmiers, kiné…) sont pris en charge par la Sécurité sociale à 60 %, après prélèvement pour chacun d'eux d'une franchise de 0,50 € (sauf en cas d'hospitalisation).
Lorsque plusieurs de ces actes sont effectués au cours d'une journée par un même professionnel, la franchise est plafonnée à 2 €.
À partir du 1er décembre 2008, ce plafond quotidien s'appliquera quel que soit le nombre d'intervenants.
Au titre de l'ensemble des franchises (médicaments, transports, auxiliaires médicaux), vous ne pouvez payer plus de 50 € par an.
Loi n° 2007-1786, du 19/12/2007. Décret n° 2007-1937, du 26/12/07.


• A retenir pour maîtriser ses dépenses

• Hier, la Sécurité sociale et la mutuelle remboursaient intégralement la plupart des frais de soins courants. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

• Restent à votre charge sans possibilité de remboursement par la complémentaire santé : 1 € pour chaque consultation chez le médecin, chaque radio ou acte de laboratoire avec un maximum de
50 € par an ; 0,50 € par boîte de médicaments ; 2 € par transport pris en charge ; 0,50 € par acte effectué par un auxiliaire médical (infirmier, kiné…).
Pour ces trois dernières franchises, vous ne pouvez payer plus de 50 € par an.
• Pour le reste, la part non couverte par la Sécurité sociale peut l'être par votre mutuelle.
Mais tout dépend de votre contrat et les différences sont grandes : le prix varie entre 600 € et 1 400 € par an pour une personne de 60 ans.
• Pour les petits budgets, le seul moyen de maîtriser les dépenses de santé est : de choisir un médecin traitant et de suivre le parcours de soins ; de consulter des médecins conventionnés de secteur 1 qui ne pratiquent pas de dépassements d'honoraires ; d'opter pour une formule de base pour sa mutuelle.
Revenir en haut Aller en bas
http://solhand.forums-actifs.com
Admin
Admin



MessageSujet: Re: VOS REMBOURSEMENTS.....   Mer 19 Mar 2008 - 15:36


« Le ralentissement des dépenses d'assurance-maladie se confirme »
Les Echos, Le Parisien, Le Figaro économie



Les Echos reviennent sur les derniers chiffres de la CNAM, observant que « les dépenses de médecine libérale ont stagné en février par rapport à la même période de l'an dernier. L'assurance-maladie évoque l'effet des franchises médicales ».

Le quotidien relève ainsi que « sur les 12 derniers mois, la hausse des remboursements n'atteint plus que 3,8 %, contre 4,3 % à fin janvier. […] La tendance concerne presque toutes les dépenses : les honoraires médicaux et dentaires n'ont progressé que de 0,2 % en février et les transports sanitaires de 1,6 % ».

Les Echos précisent que « surtout, les dépenses de médicaments ont à nouveau chuté fortement, de 3,6 % en février, après une baisse de 4,3 % en janvier ».

Le journal note que « la mise en place des franchises non remboursées au 1er janvier explique, mécaniquement, une partie de ce recul ».
« Reste à savoir si cet effet sera durable. En outre, l'assurance-maladie relativise ces premiers résultats en soulignant que «le mois de février a bénéficié d'un contexte épidémique plus favorable que celui de février 2007» », ajoute le quotidien.

Le Parisien observe aussi que « les dépenses de médicaments reculent ».
Le journal conseille cependant la « prudence », notant que « du côté des généralistes comme des pharmaciens, on a constaté un phénomène : celui d’un stockage [de médicaments] en fin d’année » de la part de certains patients, en prévision de la franchise.
Revenir en haut Aller en bas
http://solhand.forums-actifs.com
Admin
Admin



MessageSujet: Re: VOS REMBOURSEMENTS.....   Mar 8 Avr 2008 - 20:25

A la Une

"Plan de rigueur en vue pour la Sécu"

Libération - 8 avril 2008

"La Sécurité sociale ne sera pas épargnée par la mise au régime des dépenses publiques", présentée vendredi dernier par Nicolas Sarkozy, constate La Tribune. Eric Woerth, ministre du Budget, a une nouvelle fois confirmé hier sur Europe 1, qu'il attendait "un effort de l'ordre de 5 milliards d'euros" pour la Sécu, essentiellement au niveau de la branche maladie. Le ministre a par ailleurs indiqué qu'il présentera avec son homologue de la Santé, un plan de financement de la Sécurité sociale, distinct du PLFSS, qui serait débattu "au début de l'année 2009". Un plan qui impliquera "des économies portant sur le médicament, des économies de gestion de l'ensemble du système" et une réforme "sur la manière de rembourser un certain nombre de soins", a-t-il indiqué.
Alors que les économies induites notamment par une réorganisation de la carte hospitalière soutenue par le rapport Larcher (remis ce jeudi à Nicolas Sarkozy), pourront difficilement se faire sentir dès 2009, un des leviers immédiats sur lequel peut jouer le gouvernement s'il veut réduire les dépenses de l'assurance-maladie est celui du médicament "dont un plus grand nombre pourraient ne plus être remboursés", souligne Libération.
Revenir en haut Aller en bas
http://solhand.forums-actifs.com
Admin
Admin



MessageSujet: Re: VOS REMBOURSEMENTS.....   Mer 9 Avr 2008 - 13:05

« La santé reste très dépendante du milieu social »

La Croix, L’Humanité

La Croix indique en bref que « selon une enquête réalisée par l’Institut de recherche et de documentation en économie de la santé, auprès de plus de 20 000 personnes, 3 Français sur 4 se considèrent en bonne santé, mais la majorité des plus de 65 ans (près de 57 %) sont de l’avis contraire, jugeant leur état de santé moyen, mauvais ou très mauvais ».
Le journal ajoute que « plus d’un Français sur 7 renonce à des soins pour des raisons financières. Les soins dentaires viennent au premier rang des soins délaissés (63 % des renoncements), suivis des lunettes (25 %) ».
L’Humanité aborde également cette enquête qui « révèle l’importance des inégalités sociales en matière d’état de santé et d’accès aux soins ».
Le quotidien relève notamment qu’« en 2006, la part d’assurés sociaux déclarant avoir renoncé à des soins pour des raisons de coûts lors des 12 derniers mois s’élevait à 14 % », ou encore note que « 7 % des Français déclarent ne pas avoir de complémentaire. […] Les chômeurs constituent la catégorie la moins bien couverte ».
Revenir en haut Aller en bas
http://solhand.forums-actifs.com
Admin
Admin



MessageSujet: Re: VOS REMBOURSEMENTS.....   Mer 9 Avr 2008 - 16:51

Comment sont remboursés les frais de transport ?

Taxi, ambulance, transport en commun… Vous avez peut-être droit à une prise en charge des dépenses de transport pour vous rendre à l'hôpital.

Catherine Janat - Mars 2008

• Il faut une prescription
Pour obtenir une prise en charge, il faut avoir une prescription médicale précisant le motif et le mode de transport approprié à l'état de santé (ambulance, taxi ou VSL, véhicule personnel,transport en commun), et respecter la prescription.

• Pour des motifs précis
Seuls certains motifs ouvrent droit au remboursement. Il s'agit principalement des transports liés à l'une des situations suivantes :
- entrée ou sortie de l'hôpital quelle que soit la durée de l'hospitalisation ;
- déplacement pour recevoir des soins ou un traitement en rapport avec une affection de longue durée ;
- transport de plus de 150 km (aller) : le nombre de kilomètres est calculé entre le point de prise en charge du malade et la structure de soins appropriée la plus proche ;
- transport en série : l'état de santé doit nécessiter au moins 4 transports de plus de 50 km aller, sur une période de 2 mois pour un même traitement (rééducation, par exemple).

FRAIS DE TRANSPORT
Une prise en charge à 65% ou à 100%


Taxi, ambulance, transport en commun… Vous avez peut-être droit à une prise en charge des dépenses de transport pour vous rendre à l'hôpital.

Catherine Janat - Mars 2008

• Quel mode de transport avez-vous choisi ?
La dépense est prise en charge à 65% mais le montant du remboursement est réduit de la valeur de la nouvelle franchise médicale.
- En cas d'utilisation d'un véhicule personnel, le remboursement est calculé sur la base d'indemnités kilométriques qui varient selon la puissance de la voiture utilisée et la distance parcourue.
- Lorsqu'un transport en commun est choisi, le taux de 65% est appliqué sur le prix du billet de bus, de tramway, de métro ou d'un billet de 2e classe pour le train, le mode de transport le moins cher étant retenu.
- En taxi, la base de calcul est le prix de la course.

• ALD, invalidité : prise en charge totale
Dans certains cas, cependant, il est possible d'obtenir un remboursement à 100% des frais de transport.
Il en sera notamment ainsi pour un transport en rapport avec le traitement d'une affection de longue durée ou lorsque le patient est titulaire d'une pension d'invalidité, d'une retraite substituée à une pension d'invalidité.

FRAIS DE TRANSPORT
Les franchises appliquées


Taxi, ambulance, transport en commun… Vous avez peut-être droit à une prise en charge des dépenses de transport pour vous rendre à l'hôpital.

Catherine Janat - Mars 2008

• 2 € par transport, dans certains cas
La franchise est due pour chaque transport effectué en véhicule sanitaire ou en taxi sauf :
- lorsqu'il s'agit d'un transport effectué en urgence,
- lorsque le patient bénéficie de la CMU complémentaire.
En sont également exonérés les mineurs et les femmes enceintes (1).
Son montant est fixé à 2 € et ne doit pas dépasser 4 € par jour lorsque plusieurs transports sont effectués par le même professionnel.

• 1er décembre 2008 : de nouvelles règles
À compter du 1er décembre 2008, ce plafond journalier s'appliquera lorsque les transports auront été assurés par différents professionnels.
Rappelons que les nouvelles franchises (médicaments, auxiliaires médicaux, transports) ne peuvent ni vous coûter plus de 50 € par an, ni vous être remboursées par les mutuelles.

(1) Loi n° 2007-1786, du 19/12/2007. Décret n° 2007-1937, du 26/12/07.
Revenir en haut Aller en bas
http://solhand.forums-actifs.com
Admin
Admin



MessageSujet: Re: VOS REMBOURSEMENTS.....   Mer 16 Avr 2008 - 20:44

Les professionnels de la vue, les yeux hors de la tête !

[15 avril 2008 - 18:27]

Roselyne Bachelot-Narquin en « posant la question » (sic) d’une prise en charge intégrale des frais d’optique par les mutuelles et complémentaires de santé, a certainement poussé le bouchon… plus loin que prévu.
En première ligne, le président du Syndicat national des Ophtalmologistes de France (SNOF) qualifie la sortie de la ministre de « nulle et extrêmement maladroite ». Ambiance…

A 24 heures d’Etats généraux de la Vue convoqués à l’Académie nationale de Médecine, le tollé est général. « Nous sommes bien évidement favorables à une meilleure organisation de l’accès aux soins de la vue. Mais pas de cette manière » tonne le président du SNOF Jean-Luc Seegmuller. Or il doit justement présenter aux Etats généraux « les grands enjeux de santé publique » de l’ophtalmologie : glaucome, DMLA, cataracte, rétinopathie diabétique, décollement de la rétine, maladies infantiles… autant de domaines où la « démédicalisation » de la prise en charge est utopique.

« En avril 2007 nous avons accepté la publication de deux décrets visant à faciliter l’accès des assurés sociaux au renouvellement de leur équipement optique ». Ces décrets allongeaient à 3 ans la validité des ordonnances de verres correcteurs. « Le système se mettait lentement et difficilement en place lorsqu’un an plus tard, la ministre dans un élan généreux, balaye tout à la télévision. Sans aucune concertation » se désole Jean-Luc Seegmuller.

Quant aux 150 millions d’euros d’économie avancés par la ministre de la Santé pour justifier un désengagement de l’Assurance-maladie… il n’y croit pas un instant. « Madame Bachelot sait très bien que les économies ne seront pas de 150 millions d’euros. Car les premiers bénéficiaires d’une prise en charge sont justement les enfants » (dont la prise en charge peut être 10 fois supérieure à celle des adultes, n.d.l.r.) « et les bénéficiaires de la CMU. Or pour ces derniers, les lunettes sont gratuites. Donc, des exceptions devront être mises en place pour aider ces populations. ».

Jean-Luc Seegmuller n’est pas seul. Derrière lui -et vraiment pas loin- sont massés les membres de l’Association nationale pour l’Amélioration de la Vue (ASNAV). Eux aussi brocardent un projet « qui ne serait pas seulement injuste, mais aussi une erreur économique et sociale ». Sous le titre évocateur de « Bien voir c’est obligatoire », ils mettent en ligne un « manifeste » qui va donner au débat lancé par Roselyne Bachelot-Narquin un prolongement sans doute animé.


Source : interview du Dr Jean-Luc Seegmuller, président du Syndicat national des Ophtalmologistes de France (SNOF), 15 avril 2008 ; Association nationale pour l’Amélioration de la Vue (ASNAV) 15 avril 2008
Revenir en haut Aller en bas
http://solhand.forums-actifs.com
Admin
Admin



MessageSujet: Re: VOS REMBOURSEMENTS.....   Mer 16 Avr 2008 - 20:49

« Bachelot nie vouloir dérembourser les frais d’optique »

La Tribune, Le Figaro, Le Monde

La Tribune relève en effet que la ministre de la Santé « a démenti hier avoir évoqué un éventuel déremboursement des frais d’optique, en dénonçant une «polémique ridicule» ».

Le journal observe que Roselyne Bachelot « a assuré que son objectif était au contraire d’obtenir que les Français soient «mieux assurés, mieux pris en charge pour l’optique» ».
Le quotidien ajoute que la ministre « a expliqué que des négociations sur le financement du système de santé allaient bien s’ouvrir avec les complémentaires santé ».

La Tribune note que « concernant l’optique, ce secteur est «tout à fait majoritairement pris en charge» par les organismes complémentaires et de «façon très, très marginale par l’assurance-maladie», a souligné [la ministre], expliquant qu’une réflexion avait bien été lancée mais pour «renforcer la prise en charge solidaire des dépenses d’optique qui peuvent grever le budget de nos concitoyens les plus modestes» ».
Le Monde aborde également ce « débat sur l'abandon de la prise en charge des frais d'optique par la Sécurité sociale ».
Le journal constate aussi que « le ministère de la Santé a assuré qu'il n'était pas question de "déremboursement" des frais d'optique ».
« Selon le ministère, les dépenses d'optique ne sont pas particulièrement ciblées. […] Pour Mme Bachelot, les complémentaires doivent prendre plus de place dans le remboursement des soins », poursuit le quotidien.
Le Figaro relève de son côté que « Bachelot tente de corriger le tir », observant que « la ministre de la Santé veut calmer les inquiétudes sur le remboursement des dépenses d’optique ».

--------------------------------------------------------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
http://solhand.forums-actifs.com
Admin
Admin



MessageSujet: Re: VOS REMBOURSEMENTS.....   Mar 24 Juin 2008 - 17:36


Dépêche


Vers la fin du remboursement à 100% des médicaments pour les ALD ?

[24 juin 2008 - 12:20]

Selon le quotidien Les Echos le Directeur de l’Assurance-maladie Frédéric van Roekeghem, se proposerait « de transférer aux organismes complémentaires le ticket modérateur des médicaments » destinés aux patients souffrant d’une affection de longue durée (ALD). Concrètement, certains traitements ne seraient plus remboursés… qu’à 35% au lieu de 100% actuellement.

Le ministre du Budget Eric Woerth, a vivement réagi à cette annonce, affirmant ce matin sur France Culture que « les ALD resteront remboursées à 100% ». Quoi qu’il en soit le pavé est bel et bien tombé dans la mare !

La proposition de l’ancien directeur de cabinet de Philippe Douste-Blazy, lorsqu’il était ministre de la Santé, fait littéralement bondir Arnaud Debroca, secrétaire général de la Fédération nationale des accidentés du travail et des handicapés (FNATH). Par ailleurs membre du Collectif inter associatif sur la santé (CISS), il se dit « surpris sur la forme, de découvrir cela dans la presse, alors que nous sommes membres du Conseil de la caisse nationale d’Assurance-maladie. Sur le fond on ne peut qu’être choqué par cette annonce faite sans concertation, sans discussion alors que sur les ALD, il y a de vraies questions. Nous aurions pu engager un débat un peu plus sereinement que sur cette proposition (…) radicale. »

Sans compter que le Directeur de l’Assurance-maladie semble vouloir aller vite. « Plus vite les mesures que nous préconisons seront mises en œuvre, plus le retour à l’équilibre sera conforté », a t-il confié à nos confrères des Echos. « Cela laisse peu de temps pour un véritable débat sur les ALD », s’alarme Arnaud Debroca. « Nous avons vraiment l’impression que beaucoup de choses vont peser sur les malades, et finalement assez peu sur les professionnels. »

Qui aura le dernier mot, du directeur de l’Assurance-maladie ou du ministre du Budget ? Nul doute que la réunion du Conseil de la caisse nationale demain, soit animée…

Source : Les Echos, 24 juin 2008 ; France Culture, 24 juin 2008 ; interview d’Arnaud Debroca, 24 juin 2008

Revue de presse du mardi 24 juin 2008 |
--------------------------------------------------------------------------------

« Assurance-maladie : le plan choc pour éliminer le déficit »

Les Echos, La Tribune


Les Echos notent sur leur Une que « le conseil de l'assurance-maladie doit débattre, jeudi, de ses préconisations pour retrouver l'équilibre en 2011 et ramener le déficit à 2,8 milliards d'euros dès l'année prochaine ».
Le journal indique que « Frédéric Van Roekeghem, directeur de l'assurance-maladie, estime nécessaire un nouveau plan de redressement de 3 milliards ».
Le quotidien relève que « si les professionnels de santé et les industriels sont plus particulièrement visés (baisses de tarifs, contrôle des prescriptions), les patients souffrant d'une affection de longue durée seraient aussi mis à contribution : l'assurance-maladie propose de ne plus rembourser qu'au taux normal de 35 % les médicaments à vignette bleue actuellement pris en charge à 100 % ».
Les Echos expliquent ainsi que pour parvenir à ces économies, « côté médicaments, il s'agit de s'appuyer sur une «hiérarchisation» des traitements établie par la Haute Autorité de santé (en commençant par les anti-cholestérol et les anti-ulcéreux) et de signer ensuite des contrats individuels incitant les médecins à prescrire au meilleur coût ».
Le journal continue : « L'assurance-maladie propose aussi une batterie de mesures visant à améliorer la productivité des hôpitaux : plan de redressement pour les 100 établissements les plus mal en point, offre de services aux médecins traitants, mise sous accord préalable des hôpitaux dont l'activité évolue de façon anormale, etc. ».
Le quotidien ajoute que « pour l'assurance-maladie, il faut «réserver le bénéfice» du dispositif ALD «aux pathologies qui sont véritablement longues et coûteuses». Ce qui n'est notamment pas le cas des personnes souffrant d'hypertension artérielle ou de certains diabètes ».
Les Echos publient un entretien avec Frédéric Van Roekeghem, qui déclare notamment : « Nous allons renforcer le rôle du médecin traitant afin d'améliorer le suivi des malades et de mieux maîtriser les prescriptions ».
A propos de l’hôpital, le directeur de l’Uncam ajoute : « Nous prônons une plus grande lisibilité des tarifs, intégrant une dimension de recherche d'efficience. Par ailleurs, les tarifs facturés à l'assurance-maladie par les hôpitaux dans le cadre de l'activité libérale des médecins hospitaliers devraient tenir compte du fait que les honoraires sont déjà payés directement par les assurés ».
La Tribune parle de son côté d’un plan de « 2 milliards d’euros d’économies en 2009 ».
Le journal remarque que la mesure « la plus sensible touche à une évolution des conditions de prise en charge des patients en ALD », relevant notamment que « les critères d’entrée devraient être resserrés ».
Le quotidien relève par ailleurs que « le médicament est à nouveau dans le collimateur, par exemple avec une procédure de mise en concurrence pour les génériques ».

Revue de presse rédigée par Laurent Frichet - TSAVO PRESSE
Revenir en haut Aller en bas
http://solhand.forums-actifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: VOS REMBOURSEMENTS.....   Aujourd'hui à 0:17

Revenir en haut Aller en bas
 
VOS REMBOURSEMENTS.....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» remboursement orthodontie
» ALD : Prise en charge-remboursements-1euro forfait-Ce qu'il faut savoir.
» Prise en charge des frais de transport.
» qui connait la mutuelle smatis
» Formation dafop pour l'agreg interne payante?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solidarité Handicap autour des maladies rares :: Espace INFORMATION :: BREVES et ANNONCES DIVERSES-
Sauter vers: